Après la giboulée le printemps pose des grains de lumière, dépose ses pixels en gouttes, et c'est alors la rosée de la mémoire qui s'étend sur un sol nouveau-né.