Au sortir du trou, au sortir d'un temps percé par les miasmes les lumières n'ont pas fui. Elles surgissent de nouveau, tapissant la mémoire de fleurs  vives comme des pixels. C'est l'été d'une fébrile remembrance, venue de rien, venue de peu.