Voilà, il faut le voir revenu, l'été, avec ses aubes et ses soirs, ses nimbes de pixels et ses nues de mémoire. Il faut la savoir retrouvée, la saison. Les ombres et les lumières parties, puis toujours recommencées...