Il fallait y croire qu'il reviendrait, l'été. Que la lumière pousserait les ombres à la bascule. Que la mémoire flétrie, étouffée, repenserait à respirer. Que les pixels renaîtraient un jour. Il faut y croire. C'est bien l'été, ce jour...