Faut-il toujours l'inventer cet éblouissement des pixels, ou croire à la lueur, aux moirures d'une mémoire tremblante dans la lumière de l'été ?